Ecoutez

n°252 -Mars 2017

www.bagneux92.fr

L'objet du mois

Édito

Mois en images

Ils font la ville

Portrait la famille Sammuneh

Dossier

Points de vue

Grand angle

Reportage photo

Conseils pratiques

On testé

Vie de la ville

Projet urbain

Sortir à Bagneux

Histoire et patrimoine

La page des enfants

Vie pratique

Le label Ville en poésie a été attribué à la commune de Bagneux pour son implication dans la valorisation et la diffusion de l'art poétique. Cette année encore, celui-ci est à l'honneur à travers le Printemps des poètes qui se déroule jusqu'au 18 mars. Pour fêter l'événement, des citations à savourer librement fleurissent un peu partout dans ce numéro de Bagneux Infos.

L'objet du mois Haut de page

Le Velib'métropole

Le contrat entre le groupe JC Decaux et la Ville de Paris pour la gestion du Vélib’ arrive à échéance fin 2017. Un appel d’offres a été lancé pour proposer un nouveau service de vélos en libre-service dans un périmètre comprenant Paris et 56 communes de banlieue… dont Bagneux.

Bagneux compte bien avoir le Vélib’ en 2018 ! Candidate malheureuse en 2009 pour quelques centaines de mètres (il fallait se trouver à moins de 1,5 km Paris), la Ville adhère depuis fin 2015 au Syndicat d’études Vélib’ Métropole, chargé de mettre en place un service nouvelle génération dans un périmètre plus large que celui proposé actuellement. Après Autolib’, les Balnéolais devraient donc bientôt disposer d’une deuxième offre de transport écologique en libre-service, sachant que la Ville développe depuis plusieurs années un réseau cyclable dans le cadre de son schéma directeur des itinéraires cyclables. La gestion de ces deux modes de transports sera assurée par le Syndicat mixte Autolib’ et Vélib’ Métropole. Le Territoire Vallée Sud - Grand Paris délibèrera prochainement sur l'adhésion à ce syndicat et le transfer de la compétence de location de vélos en libre-service. Sandra Deruère

Trois groupes se sont portés candidats pour l’exploitation de Vélib’ Métropole : JC Decaux/SNCF/RATP, SFR/Intermobility/Tracetel et Smoove/Mobivia/Moventia. Le lauréat devrait être connu début avril, avec un lancement du service en 2018 pour une durée de 15 ans.

La Ville souhaite, en fonction du coût, implanter environ sept stations sur son territoire (dont deux cofinancées avec Cachan et Montrouge).

Le budget annuel de fonctionnement d’une station est estimé à environ 30 000 euros. La Métropole apportera une aide de 10 000 euros par station et par an aux communes proposant le Vélib’Métropole, le reste demeurant à la charge des collectivités.

Vélib’ Métropole devrait compter près de 1 500 stations (contre 1 220 actuellement) et une flotte de 21 000 vélos (18 000 pour l’actuel dispositif) dont 30 % seraient à assistance électrique.

Édito Haut de page

Quand le lycée devient réalité

Quels sont vos plus beaux souvenirs à Bagneux ?" me demandaient des jeunes de notre ville venus m’interviewer le mois dernier dans le cadre d’un de leur projet. Assurément, la journée du 23 février 2017 en fait d’ores et déjà partie. C’est en effet ce jour-là que la présidente du conseil régional a annoncé qu’un lycée d’enseignement général serait enfin construit à Bagneux.

Après des années de mobilisation pour corriger ce manque dont souffre notre commune, nous obtenons enfin satisfaction. C’est d’abord une victoire pour les enfants et les jeunes de Bagneux. Dans quelques années, ils pourront enfin – comme les autres – aller au lycée de leur ville. Cette victoire est aussi celle de toutes celles et tous ceux qui, parmi vous, se sont "mobi-lycée". Elle est enfin celle de personnalités, comme Gilles Leroy, Prix Goncourt, qui ont accepté de prêter leur nom et leur temps au service de ce combat pour l’égalité, que nous avons mené ensemble.

En outre, je veux remercier les Balnéolaises et les Balnéolais, les jeunes de l’espace Marc-Lanvin, les centres sociaux et culturels, les services municipaux, les associations, les équipes pédagogiques des écoles et des collèges, toutes celles et tous ceux sans qui notre mobilisation aurait été vaine.

Alors que la rénovation urbaine et sociale de la Pierre plate avance, que l’ÉcoQuartier Victor-Hugo sort de terre, que l’arrivée des métros se précise, que le futur quartier des Mathurins prend forme et que les nouvelles écoles se dessinent, nous venons donc d’ajouter ensemble une nouvelle et magnifique pierre au Bagneux de demain.

Je vous adresserai très bientôt une invitation à nous retrouver tous ensemble pour fêter cette belle victoire.

Marie-Hélène AMIABLE,
Maire de Bagneux
Conseillère départementale des Hauts-de-Seine

Mois en images Haut de page

Percussions intimidantes, rythmes explosifs et cuivres joyeux ont envahi l'espace Marc-Lanvin le 3 février, lors du concert en fanfare de Gallowstreet.

Le centre social et culturel de la Fontaine Gueffier conviait les habitants du quartier Sud à un déjeuner participatif le 21 janvier.

L'ancienne Premier ministre Édith Cresson (1991-1992) était à Bagneux le 3 février pour une visite de l'École de la deuxième chance, aux côtés de la première adjointe au maire Yasmine Boudjenah.

Entre réel et virtuel, le spectacle Timeline interrogeait notre rapport au temps à l'ère du numérique, au théâtre Victor-Hugo le 20 janvier.

Dégustation puis danses de salon, pour la galette des retraités organisée par le CCAS à l'espace Léo-Ferré le 25 janvier.

Vins & Partages, c'est l'enseigne du tout nouveau caviste, inauguré au centre-ville le 22 février, en présence du maire et de plusieurs élus.

À l'occasion de ses 40 ans, l'association antillaise Rayon de soleil, proposait un repas-spectacle le 4 février à l'espace Léo-Ferré.

Le maire a reçu, le 10 février, des jeunes de la Pierre plate, qui présenteront au prochain festival de Cannes le documentaire qu'ils ont réalisé sur leur quartier.

Savoureux mélange d’acrobatie et de piano, le concert de Bachar Mar Khalife a séduit le public au Plus petit cirque du monde le 2 février.

"Cliquez sur j'aime !", c'était l'injonction de Narcisse aux spectateurs du théâtre Victor-Hugo les 27 et 28 janvier, développant son art de la parole sur scène et sur… leurs téléphones portables !

Seize équipes junior de futsal se sont affrontées le 22 janvier au gymnase Henri-Wallon, à l'occasion du challenge Jean-Maurice Guyot. C'est Bobigny qui l'a emporté, s'imposant 1-0 en finale contre Bagneux.

Ils font la ville Haut de page

ENTREPRISE
Derichebourg joue la carte de l’environnement

Implanté sur trois continents et quatorze pays, Derichebourg, l'un des plus importants groupes français et leader européen, fait désormais partie du paysage balnéolais. En effet, ce poids lourd du recyclage de métaux ferreux et non ferreux, a racheté il y a tout juste un an la filière française du groupe belge Galloo, et donc le ferrailleur de l'avenue Jean-Jaurès, à la limite de Châtillon. "On cherchait à améliorer notre réseau en Île-de-France, développer notre activité et promouvoir notre savoir-faire en matière de recherche et d’innovation", précise Renaud Follenfant, responsable d’exploitation du site de 5 300 m2, qui insiste sur la certification ISO 9001, relative aux systèmes de gestion de la qualité, que détient le groupe. Récupération, achats, recyclage et valorisation de déchets, collecte de pneus usagés… les activités ne manquent pas pour les six employés de l'unité balnéolaise qui, en l’espace d’un an, a réalisé d’importants travaux pour nettoyer la zone et moderniser le site : installation d’une dalle de 800 m2 au fond du chantier avec trois emplacements réservés aux déchets industriels banals, aux gravats et au bois, investissement dans un "débourbeur-déshuileur" destiné au traitement des déchets d'hydrocarbures, etc. Une bonne nouvelle pour les habitants qui peuvent y déposer des biens de consommation et d’équipement en fin de vie, des ferrailles de démolition, des chutes de production, des déchets industriels banals et des déchets ménagers. "C’est un geste pour l’environnement", encourage Renaud Follenfant, rappelant que les moyens logistiques du groupe sont adaptés aux contraintes spécifiques de chaque type de collecte. "Penser l’économie comme un écosystème dans lequel tout ce qui est produit peut être recyclé", telle est la devise du groupe. On ne peut qu'adhérer ! Derichebourg : 7 avenue Jean-Jaurès, 01 42 53 51 36

ASSOCIATION
Perspectives et médiations
Acteur de l’insertion

Valoriser et redonner un "sentiment de compétences" à des jeunes en difficulté, voici l’ambition de Perspectives et médiations. Tous les jeudis après-midis, l’association propose des ateliers d’insertion à la Mission locale Archimède pour des jeunes âgés de 16 à 26 ans mais également au Foyer jeunes travailleurs. "L’idée c’est de leur proposer des activités de groupe variées dans le but de relancer l’énergie nécessaire. Nous les accompagnons durant six séances de deux heures mais on leur laisse plus de temps si besoin, précise Patricia Klotchkoff, qui anime ces ateliers financés par l’État et la Ville. On s’adresse à des jeunes mal orientés ou qui ont perdu confiance en eux. On veut leur montrer qu’ils ne sont pas seuls et on s'efforce de les re-mobiliser autour d’un projet." Peur de s’insérer dans le monde professionnel ? L’association Perspectives et médiations aide ces jeunes à trouver une solution et à sortir du flou. Une séance se découpe en quatre temps : simulation d’entretien en groupe, inventaire d’intérêt, réflexion autour d’un thème, temps créatif. Pour compléter, des entretiens ont lieu en début et en fin de session. Perspectives et médiations intervient également au Bureau d’information jeunesse, dans les collèges et au lycée professionnel Léonard-de-Vinci.

Portrait : Roselyne Geslot

Citation de Rita Dove : La poésie est ce qu’il reste quand on distille le langage et qu’on n'en garde que la puissance.

Sur scène, elle est chez elle

Sous les feux de la rampe dans les salles parisiennes, mais également très impliquée dans la ville, rencontre avec Roselyne Geslot, comédienne Balnéolaise, passionnée par son métier.

"Je ne m’arrêterai jamais !" Roselyne Geslot a prévenu. Vous l'avez sûrement déjà croisée dans les rues de Bagneux, cette comédienne originaire de Bretagne, installée dans notre ville depuis 1990. À 62 ans, la passionnée de théâtre a eu la vie qu’elle voulait. Malgré les réticences de ses parents pour ce métier, elle réussit à concrétiser son désir d’adolescente. Après un bac C (ancêtre du bac scientifique) et un passage par l’École d’art dramatique Jean-Périmony à Paris, Roselyne Geslot devient comédienne à 23 ans. "J’ai réussi à multiplier les contacts et les occasions de jouer, raconte t-elle. Mais cela n’a pas toujours été facile en tant qu’intermittente. Vendeuse, enquêtrice par téléphone… j’ai dû multiplier les petits boulots pour manger et vivre ma passion à côté". Aujourd’hui, elle compte plus d’une trentaine de pièces de théâtre à son actif. Sa dernière aventure ? Mascarades, une comédie dramatique de Marina Gauthier, mise en scène par Coralie Miguel, jouée au théâtre Montmartre-Galabru jusqu'au 28 avril prochain. Roselyne Geslot y détient le premier rôle. C’est l’histoire de Susan, retraitée qui occupe ses journées entre l’alcool, la couture et les souvenirs d’un passé qui la hante. Elle va retrouver son amie d’enfance après plusieurs années. "Les masques vont tomber, c’est l’occasion de mettre à jour des non-dits, sourit Roselyne Geslot. J’aime bien l’alternance entre le comique et la tragédie pure. C’est le meilleur rôle que j’aie pu avoir, le plus porteur, celui qui correspond à ma personne." La comédienne s’illustre dans quelques pièces de théâtres classiques mais surtout dans du contemporain : Dissident il va s’en dire de Michel Vinaver ; Espèces menacées de Ray Cooney ; Fens et Septième Ciel de Paul Golub… "Je me sens chez moi sur scène", lance cette jeune grand-mère et maman de deux enfants. En parallèle de son premier amour, Roselyne Geslot a joué dans une quinzaine de films de cinéma et de télévision, mais aussi dans quelques spots publicitaires. Prochainement, elle apparaîtra dans trois épisodes de la série Gabriel sur Canal +, où elle incarne le rôle d’une grand-mère bretonne, revenue hanter le village pour faire passer des messages à son petit-fils. Très investie avec les Rouletabosse Roselyne Geslot s’implique beaucoup à Bagneux. Elle s’investit dans des projets avec les compagnies balnéolaises SourouS et Mimésis ou encore donne des cours de théâtre au centre culturel et social de la Fontaine Gueffier durant dix ans. "Transmettre ma passion, trouver le langage, c’était important, explique- t-elle. Le côté cosmopolite, simple et accueillant de cette ville me plaît." En 2002, elle crée Les Rouletabosse, une association qui permet aux personnes atteintes d’un handicap mental ou physique de pouvoir monter sur les planches. "C’est une personne gentille, elle sait bien diriger et apporte de la joie, complimente Perrine Lienard, une Balnéolaise qui participe depuis six ans à ces ateliers. Je me sens bien, il y a une bonne ambiance, alors qu’avant j’étais un peu timide et j’avais peur d’aller parler aux gens." Prochainement, les comédiens présenteront Les ballades du Petit Prince, une adaptation du célèbre héros d'Antoine de Saint-Exupéry. "Je suis très sévère, je suis intraitable avec eux. Ils sont comédiens avant d’être handicapés, sourit leur professeure de théâtre. Je suis touchée par leur courage, leur pêche et leur bonne humeur." D’ailleurs l’un d’eux, Mathias Camberlein, donne la réplique à Kad Merad dans le film Superstar. Une fierté pour Roselyne Geslot et sa troupe ! Nassima Ouaïl

BIO EXPRESS
1954 Naissance près de Saint-Malo, le 26 août
1990 S’installe à Bagneux
2002 Création de l’association Les Rouletabosse
2017 Rôle principal dans la pièce Mascarades, jouée jusqu'au 28 avril, primée au Printemps des Arts
2017 Joue dans la série Gabriel, saison 3, prochainement sur Canal + rouletabosse.org

Dossier - 2017 : un budget offensif

Citation de Gaël Faye : La poésie n'est pas de l'information. Pourtant, c'est la seule chose qu'un être humain retiendra de son passage sur terre.

Des choix ambitieux malgré l'austérité imposée aux collectivités locales

Le 31 janvier dernier, le conseil municipal a adopté le budget primitif de notre commune pour 2017. Tout en prenant acte du désengagement de l'État qui, une fois encore, réduit le montant de ses dotations aux collectivités locales, ce budget affiche des objectifs ambitieux pour les Balnéolais. Les priorités municipales que sont l'enfance, la jeunesse, l'environnement et le cadre de vie guident les choix budgétaires de cette année. Ceux-ci sont rendus possibles par les efforts de gestion des services municipaux et de diminution de la dette. Face aux besoins accrus des habitants, la Ville entend plus que jamais préserver un service public performant, tout en s'impliquant encore davantage auprès des Balnéolais, dans la droite ligne du temps fort citoyen #PasSansVous de septembre dernier. Le tout sans augmentation de la fiscalité locale. Ces mesures et ces investissements, Bagneux Infos vous les présente dans les pages qui suivent.

Dossier réalisé par Jean-Marc Bordes
Photos : Yves Faven et Philippe Masson

3 questions à…Yasmine BOUDJENAH
Première adjointe au maire, chargée des Finances

Les efforts de la municipalité depuis le début de ce mandat commencent-ils à porter leurs fruits ? Le budget de notre commune est très contraint depuis de nombreuses années et le demeure. C'est pourquoi nous avons travaillé à retrouver des marges de manœuvre pour pouvoir tenir nos engagements. Pendant la première partie de ce mandat, nous avons été prudents en matière d'investissements, nous avons fait des efforts pour réduire la dette, tout en travaillant au développement de la ville avec notamment la construction de logements neufs. Les effets de ce dynamisme et de l'arrivée de nouveaux habitants vont commencer à se voir davantage dans les recettes fiscales de 2017. Enfin, il faut citer les efforts sur la masse salariale du personnel communal avec ce qu'on a appelé le "remodelage du service public", entamé depuis environ deux ans. Il permet de redéfinir notre organisation, avec l'objectif de rendre toujours un service de meilleure qualité et d'améliorer les conditions de travail des agents sans perdre de vue nos contraintes budgétaires. Ce sont des efforts importants qui ont été demandés au personnel de la commune et qui nous permettent aujourd'hui de dégager des moyens pour décider de politiques publiques ambitieuses pour les Balnéolais. Justement, à quoi vont servir ces marges de manœuvre retrouvées ? Elles nous permettent de poursuivre nos priorités que sont l'Enfance et la Jeunesse d'une part, l'Environnement et le Cadre de vie d'autre part, et de travailler à favoriser l'emploi. Nos choix budgétaires portent en priorité sur ces enjeux. Cela nous permet aussi de ne pas augmenter les impôts cette année, comme en 2016, et de décider que l'augmentation des tarifs usagers soit très modérée (1 % en moyenne). Quant aux tarifs de la restauration, ils n'augmenteront pas. Les investissements de notre cuisine centrale, partagés depuis l'an dernier avec Malakoff, permettent de pérenniser ce service public pour longtemps et nous mettent en capacité de produire des repas pour tous les enfants qui arriveront, ces prochaines années, dans les écoles de Bagneux à un coût qui reste avantageux. Cela contribue à notre choix de ne pas augmenter ce tarif qui pèse beaucoup sur les familles. En matière d'investissements, quelles sont les grandes priorités de la commune pour 2017 ? Il s'agit de poursuivre les travaux de rénovation de nos bâtiments communaux, notamment pour réaliser des économies d'énergie, à commencer par les écoles. Ce sera le cas du groupe scolaire Henri-Wallon que nous terminerons cette année. Nous poursuivons aussi la construction de la crèche Victor-Hugo (90 berceaux) dans l'ÉcoQuartier et celle d'un second relais d'assitantes maternelles (RAM) au nord de la ville dans le quartier de la Pierre plate. Nous finançons en 2017 les études et les premiers travaux de construction de deux futurs groupes scolaires qui ouvriront à la rentrée 2019, chose peu courante à l'échelle d'un mandat. Nous poursuivons également les travaux de réfection de l'église Saint-Hermeland. C'est un projet qui est de notre responsabilité et que nous étalons sur plusieurs années pour ne pas pénaliser d'autres investissements. Toutes les communes n'ont pas le privilège de posséder un tel joyau du 12ème siècle. Nous travaillons aussi à la rénovation du marché Léo-Ferré, qui va enfin pouvoir démarrer sous forme d'études poussées cette année et de premiers travaux l'année prochaine, tout cela en lien avec les habitants puisque les contours de cette opération sont dessinés avec les Balnéolais.

Chantiers inscrits au budget 2017

4,8 M€ C'est le montant des études et travaux inscrit au budget pour la construction des futures écoles du centre et du nord.

2 M€ C'est le montant des travaux prévu au budget pour la poursuite de la construction de la crèche Victor-Hugo qui comptera 90 berceaux.

1,1 M€ C'est le montant des travaux inscrit au budget pour les travaux de rénovation des voiries communales.

906 796 C'est, en euros, le montant inscrit au budget pour la poursuite des travaux de réfection de l'église Saint-Hermeland.

871 200 C'est, en euros, le montant inscrit au budget pour la réfection des façades de l'école Henri-Wallon.

593 750 C'est, en euros, le montant inscrit au budget pour la rénovation du marché Léo-Ferré.

Pas de hausse des impôts communaux

Le budget 2017 ne prévoit pas de hausse des taux d'imposition communaux. Comme en 2016, ces taux (qui incluent la part revenant à la Métropole) seront donc de 23,15 % pour la taxe d'habitation, 28,54 % pour la taxe foncière sur les propriétés non bâties et 23,35 % pour la taxe foncière sur les propriétés bâties. Les recettes fiscales de la Ville augmenteront mécaniquement grâce aux nouvelles constructions livrées en 2016 ainsi qu'à la hausse de 0,4 % des valeurs cadastrales, votée par l'État pour 2017. Les tarifs de la restauration scolaire resteront les mêmes que l'an dernier. Quant à la gratuité des temps d'activités périscolaires pour les familles, elle sera maintenue. Rappelons que de nombreuses communes ont rendu payantes ces activités pour faire face au surcoût qu'elles représentent alors que les dotations de l'État diminuent. Seuls les tarifs des autres participations aux activités périscolaires seront rehaussés de 1 % en moyenne. Une hausse qui semble d'autant plus raisonnable que ces participations sont calculées au prorata du quotient familial. L'enveloppe des subventions aux associations est maintenue au même niveau que l'an dernier.

À savoir

La prime aux maires bâtisseurs Pour la première fois, Bagneux devrait toucher en 2017 un montant estimé à 536 000 euros au titre de la prime aux maires bâtisseurs. Ce dispositif, mis en place en 2015, vise à soutenir les communes qui construisent un nombre conséquent de nouvelles habitations et qui permettent ainsi de répondre à la crise du logement, en région parisienne notamment. Grâce aux permis de construire délivrés en 2016 pour 430 nouveaux logements, Bagneux remplit tous les critères d'attribution de cette prime du ministère du Logement. Une source de recettes supplémentaires pour financer une partie des équipements nécessaires à l'accueil des nouveaux habitants.

Un programme d'investissement ambitieux

Mais les marges de manœuvre restent fragiles

Assurer un programme d'investissement ambitieux sans augmenter les impôts, alors que les dotations de l'État ne cessent de baisser, c'est l'équation complexe que doit résoudre le budget 2017. Grâce aux efforts de désendettement et d'efficacité des services municipaux, la Ville a su dégagé des marges de manœuvre, mais des incertitudes demeurent.

Pour la sixième année consécutive, le budget 2017 s'inscrit dans un contexte de baisse de la dotation forfaitaire de l'État. Depuis 2011, ce sont ainsi 4,4 millions d'euros de moins dans les caisses de notre commune. Pourtant cette dotation a pour fonction de financer des transferts de charges qui, elles, n'ont pas disparu ! D'autres dotations (versées par l'État et les autres communes au titre de la péréquation) viennent compenser en partie – mais en partie seulement – cette baisse de crédits pour Bagneux. Ce n'est cependant pas leur rôle, puisque le but de la péréquation est d'aider les communes les plus pauvres à satisfaire les besoins spécifiques de leur population et non de financer des charges courantes. De plus, les critères d'attribution des dotations de péréquation changent d'une année sur l'autre, rendant la pérennité de ces ressources totalement imprévisible. L'incertitude est encore accrue par la réforme territoriale, en cours depuis un an, qui n'a pas clarifié définitivement les relations financières entre la Ville, la Métropole du Grand Paris et le territoire Vallée Sud - Grand Paris auquel nous appartenons. Malgré ces inconnues, la municipalité ne renonce pas à la mise en œuvre de son programme et exclut, cette année encore, d'augmenter les taux d'imposition (lire p. 15) ou de faire payer les ateliers des temps d'activités périscolaires (TAP) aux familles, comme l'ont déjà fait bon nombre de communes. Pour résoudre cette équation difficile, la Ville a réalisé des efforts considérables en réduisant à la fois ses dépenses de fonctionnement et son endettement. La maîtrise de la masse salariale, les économies de gestion et la réorganisation des services municipaux permettent de dégager 8,4 millions d'épargne brute qui vont assurer l'autofinancement d'une part importante de nos dépenses d'investissement. Le désendettement de la commune depuis 2015 permet, par ailleurs, à la Ville d'emprunter cette année près de 2 millions d'euros de plus que le capital qu'elle rembourse en profitant de taux d'intérêt au plus bas. S'y ajoutent des recherches de subventions systématiques auprès de la Région, de la Métropole et du Département, avec lequel la Ville a signé un contrat pour trois ans. Tout cela contribue à financer un programme d'investissement ambitieux, à hauteur de plus de 22 millions d'euros, en hausse de 32 % par rapport au budget primitif de 2016. Ces travaux permettront notamment d'améliorer l'état des voiries, d'augmenter les capacités d'accueil scolaire avec deux nouvelles écoles et une nouvelle crèche, de rénover le marché Léo-Ferré ou encore d'améliorer l'état et la performance énergétique de plusieurs bâtiments communaux.

Décryptage Budget

Montant total du budget 99 286 770 € :

Fonctionnement : 77 169 303 €
Investissement : 22 117 467 €

Les recettes d'investissement :
Une majorité de fonds propres : Subventions 25 % - Ressources propres 42 % - Emprunt 33 %

Évolution de la dotation forfaitaire de l'état : 4,4 millions de recettes en moins depuis 2011 :
2011 : 9 609 284 €
2012 : 9 495 997 €
2013 : 9 289 170 €
2014 : 8 758 592 €
2015 : 7 527 117 €
2016 : 6 158 350 €
2017 : 5 183 755 €

L'ENCOURS DE LA DETTE MUNICIPALE
Un désendettement continu depuis 2014
FIN 2014 : 63 m€
FIN 2015 : 60,3 m€
FIN 2016 : 59,6 m€
FIN 2017 : 58,7 m€

Points de vue

Des groupes politiques représentés au conseil municipal
Sur ces deux pages, chaque groupe représenté au conseil municipal dispose d'un espace comprenant au maximum 1 500 signes. L'utilisation d'un plus grand nombre de signes n'augmente pas cet espace, mais entraîne une réduction de corps du caractère d'imprimerie dans lequel la tribune est publiée (en clair, plus l'article est long, plus il est écrit petit et donc avec moins de lisibilité, ndlr). Le texte de la tribune d'expression doit parvenir à la rédaction de Bagneux-Infos au plus tard le 15 de chaque mois (précédant la publication, ndlr).

"Les tribunes d'expression doivent porter sur des sujets d'intérêt local relevant des compétences des collectivités territoriales ou de leur groupement".

Extrait de l'article 33 du règlement intérieur du conseil municipal, voté à l'unanimité lors du conseil municipal du 24 juin 2008.

Bernadette David Adjointe au maire
Groupe Front de gauche communiste et citoyen


Un budget 2017 qui permet de tenir nos engagements !

Une nouvelle fois, le budget que nous venons d’adopter en conseil municipal est un budget contraint, du fait de la baisse des dotations de l’État pour la troisième année consécutive. En réorganisant notre service public pour trouver des marges financières, nous sommes toutefois de nouveau parvenus à ne pas augmenter les impôts locaux. Nous avons aussi voulu un budget qui prépare l’avenir en augmentant notre budget d’investissement de 5 millions d’euros : pour nos enfants avec une nouvelle crèche et deux nouvelles écoles, pour notre environnement avec la réhabilitation énergétique d’équipements publics, pour notre vie locale avec le lancement de la rénovation du marché Léo-Ferré, pour notre patrimoine avec les travaux de rénovation de l’église Saint-Hermeland, classée monument historique. Ce budget assure la poursuite de nos actions municipales dans les domaines de l’éducation, de la culture, du sport, de la santé ou du social, en faveur de tous, des enfants aux seniors. Il permettra également de maintenir nos subventions aux associations de la ville, qui participent au vivre ensemble à Bagneux, ou encore de préserver la gratuité des temps d’accueil périscolaires (TAP) pour les familles. Pour résumer, ce budget 2017 va nous permettre de tenir les engagements que nous avons pris devant vous il y a 3 ans, lors des élections municipales, car nous – contrairement à d’autres – ferons tout pour les respecter. Mais cela devient de plus en plus compliqué ! J’espère donc que l’année 2017 permettra de sortir enfin de cette politique d’austérité injuste et inefficace. Il est plus que temps de redonner à nos communes les possibilités de mieux répondre aux besoins de leurs habitants en développant leur service public de proximité et en créant à nouveau des emplois.

Aïcha Moutaoukil
Adjointe au maire
Groupe des élus socialistes


Un budget 2017 ambitieux, responsable et engagé !

Malgré une embellie sur le front du chômage en France, nous continuons, début 2017, à faire face à une situation encore difficile. Et pourtant, dans un contexte budgétaire contraint, nous réussissons, à Bagneux, à ne pas augmenter le taux des impôts locaux et à renoncer, une fois de plus, à cette possibilité de recette. Comme en 2016, la baisse de la dotation forfaitaire dans le cadre des efforts de gestion demandés aux collectivités territoriales sera compensée par l’augmentation des fonds de péréquation. Nous espérons une revalorisation du fond de solidarité de la Région parisienne, mais restons prudents sur les décisions à venir, car 2017 est aussi une année électorale… Le remboursement par la SADEV 94 des 10 millions d'euros, prêtés par la Ville à la Semaba, permet de sécuriser les finances de la ville. Ainsi, Bagneux poursuit son désendettement et enregistre une diminution de sa dette de 6,5 millions d'euros. Ces efforts permettront notamment de maintenir le niveau des subventions aux associations qui réalisent, pour beaucoup, un travail essentiel sur le terrain. Grâce à une bonne gestion des deniers publics et malgré la conjoncture économique, nous avons réussi à dégager plus de 8 millions d'euros d’épargne brute pour l’investissement. Plusieurs grands projets devraient avancer : la construction des deux nouvelles écoles (Rosenberg et Robespierre), la crèche Victor-Hugo (90 berceaux), et la deuxième tranche de l’église Saint-Hermeland. Le conseil municipal a donc adopté un budget ambitieux au niveau de l’investissement, responsable, avec la poursuite des efforts sur le désendettement de notre ville, tout en conservant un service public de qualité ; un budget engagé qui maintient nos priorités municipales : enfance, jeunesse, développement durable et emploi. L’élaboration d’un budget est pour nous, groupe socialiste, le reflet de notre vision du monde. La nôtre est de contribuer, par cet exercice, à ce que la modernisation de notre ville bénéficie à chacune et à chacun !

Pascale Méker 
Adjointe au maire
Groupe europe écologie les verts


Bagneux une ville d'avenir où l'on doit respirer !

Le budget 2017 retrouve du souffle en termes d'investissement et reste vigilant sur le remboursement de la dette. Il ne demande pas d'augmentation d'impôts ! Et pourtant Bagneux perd énormément de dotations de l’État, comme toutes les collectivités territoriales. Ces économies réalisées au détriment des communes sont une erreur majeure, alors que ce sont ces territoires qui réalisent près de 70 % des investissements du pays. Fiers d'appartenir à cette majorité municipale, nous avons cependant un souci important quant à la place des espaces verts dans l'avenir de notre ville. En conscience, nous n'imaginons pas que pour gagner trois minutes de temps de trajet (en 2025...) un bus articulé puisse écorner la zone très patrimoniale et verte qu'est le parc Richelieu ! Même si  l'on fait entrer la médiathèque dans le parc, avec ses abords, déjà végétalisés pour une grande partie, qui seront revalorisés et agrandis. Cela peut se faire sans la création d'une voie réservée aux bus ! Alors même que la Ville va construire deux écoles, l'une dans le parc Robespierre et l'autre dans le parc Rosenberg. Une école dans un parc, c'est bien pour les enfants, certes, mais ce sont aussi  des espaces verts en moins, ouverts largement au public ! Même si l'on peut concevoir la mutualisation entre le parc de l'école et le public aux heures de fermeture scolaire... La construction de l'école dans le parc Robespierre ne doit se faire que si les mètres-carrés disparus sont compensés dans le quartier, y compris pendant les travaux de la ligne 15 qui vont occuper pendant plusieurs années l'autre partie du parc, qui sera ensuite recréé. Ne sacrifions pas les mètres carrés d'espace vert, qui seront si précieux pour notre santé et la nature en ville lorsque nous serons plus nombreux ! eelv-bagneux.fr

Patrice Martin
Conseiller municipal
Groupe Les Républicains/UDI
Union du Centre et de la Droite
L’avenir est engagé

Alors que les habitants, les commerçants et les entreprises balnéolais expriment leur “ras le bol” face à un contexte économique et social difficile cette année encore, la majorité municipale a fait le choix de conserver des impôts locaux élevés et d'augmenter de 1 % pour la 4ème année consécutive, la participation des usagers aux activités municipales pour alimenter son système clientéliste. L'enveloppe allouée pour le développement des commerces en 2017 est de 20 000 euros. Nous avons de quoi être étonnés quand on voit l'état de nos commerces. Ce schéma visant à favoriser les grandes surfaces et les "Food Trucks", au détriment du commerce de proximité est d’autant plus grave qu’au lieu de créer de la richesse et du pouvoir d’achat il contribue à paupériser le centre-ville et détruit l’emploi. Le budget alloué aux associations est maintenu à 1  million d'euros avec une répartition budgétaire très "politique" vers certaines associations "amies" qui ne connaissent pas la crise. Cette année encore le désengagement financier de l’État français auprès des collectivités a de lourdes conséquences pour Bagneux, cependant cette baisse des dotations de l'État est toute relative par rapport à la rentrée d'argent des Fonds de péréquation qui croissent encore cette année de 250 000 euros et qui s'ajoutent au 1,2 million d'euros supplémentaire grâce à l'arrivée des nouveaux habitants. Pour preuve, le budget de fonctionnement augmente de 2 millions d'euros par rapport à 2016. Le fonctionnement de la ville coûte 1,4 fois plus cher que celui des autres communes de taille équivalente, avec 1 760 euros par habitant. Sur le plan des investissements, le budget alloué à la programmation des travaux passe de 9,5 millions d'euros à 15,4 millions d'euros. Quelle débauche de projets dans tous les sens !!! Face à une gestion approximative, donnant lieu à des prises de décision dans l’urgence loin de toute rationalité, la réalité pour la commune reste cette dette qui augmente de 2 millions d'euros (58,7 millions d'euros fin 2017) et une municipalité de moins en moins flexible faisant abstraction des contraintes sur le plan budgétaire qui risquent d'impacter nos finances lourdement dans quelques années. Bagneux mérite toute notre attention. Nos choix et nos décisions engagent l’avenir. Pour conclure nous souhaitons la bienvenue aux nouveaux habitants de Bagneux. Vos élus: A. Adélaïde, J. Chirinian, S. Gargari, D. Huet, P. Martin, S. Zani.

Grand angle

Assia Djebar, femme de combat

Alors que le monde célèbre, le 8 mars, la Journée internationale des droits des femmes, nous avons décidé de consacrer ce Grand angle à un portrait d'Assia Djebar. Celle dont les œuvres, autant littéraires que cinématographiques, étaient empreintes de féminisme, a été le premier auteur nord-africain à être élu à l’Académie française. Née en 1936 près d’Alger sous le nom de Fatma-Zohra Imalayène, elle a choisi un pseudonyme signifiant pour le prénom "consolation", et pour le nom "intransigeant", comme pour expimer la confrontation entre les cultures française et algérienne dont elle a été témoin tout au long de sa vie. Après son décès il y a tout juste deux ans, la Ville a souhaité lui rendre hommage en donnant son nom à l'une des nouvelles voies de la ZAC Victor-Hugo.

Citation de Mary Oliver : La poésie est une force qui chérit la vie. Car les poèmes ne sont pas des mots mais des feux dans le froid, des cordes lancées dans le vide, quelque chose d’aussi nécessaire que du pain dans les poches de l’affamé.

Reportage photo

Citation de Georges Duhamel : La poésie, c'est quand le silence prend la parole.

En immersion avec l'accueil de loisirs Marcel-Cachin

Durant les vacances d’hiver, nous avons passé une journée avec les enfants et animateurs de l'accueil de loisirs de l’école Marcel-Cachin. Chaque jour, ils étaient plus d’une cinquantaine à participer aux activités proposées. Voici qui vous donnera peut-être des idées pour les vacances de printemps, début avril. À noter que les inscriptions aux colonies de vacances pour cet été débutent mi-mars sur l'espace famille. Rendez-vous donc sur bagneux92.fr.

8h20 - Jusqu’à 8h45, les parents viennent déposer leurs enfants au compte-goutte. Depuis 7h30, les animateurs Jérémie, Sana et Marlon, sont là pour les accueillir.

9h - Dans le rire et la bonne humeur, Marine Lempreux, la directrice de l'accueil de loisirs, fait jouer les élémentaires au Ligretto, avec Marlon et Samia. Le but ? Ne plus avoir de cartes. "C’est un jeu trop bien que l’on ne trouve pas partout", sourit l’animatrice Samia.

9h15 - Pendant ce temps, à l’étage du dessous, Sana fait chanter les maternelles, encadrés par Justine et Myriam. "Il m’a dit si tu veux, on va jouer, attention les amis…", gazouillent-ils en chœur.

10h20 - Atelier BMX au gymnase Joliot-Curie avec un groupe de huit volontaires emmenés par Marlon. Les jeunes gens auront la chance d’être coachés par Laurent Gautier, ex-champion du monde, d’Europe et de France.

11h30 - "Il faut toujours être debout sur un BMX pour faire des figures", leur lance le professeur. Après avoir appris à franchir une bosse et autres entraînements, il les défie : "On va chronométrer le parcours et noter si vous faites des fautes."

14h45 - Après le déjeuner, en route pour une sortie à la Cité des Sciences, porte de la Villette. Pendant que les maternelles visitent l’exposition Bébés animaux, les primaires posent devant le Solar impulse, le premier avion solaire.

15h10 - La sortie se poursuit avec l’exposition Quoi de neuf au Moyen-Âge ?, avec Marlon et Samia. La reproduction de l’armure d’un chevalier du temps de Jeanne d’Arc (14ème siècle) impressionne.

15h30 - Les enfants sont attirés par la restitution d’une tombe (datant de 756) de la nécropole mérovingienne de Vicq (Yvelines). C’est l’une des plus importantes du premier Moyen-Âge en Europe. Le squelette est celui d'une aristocrate, femme d’un militaire.

15h45 - Le groupe prend ensuite quelques minutes pour s’amuser à construire des voûtes en croisée d’ogives ou de petites églises en bois d'architecture romane.

16h - Les élites au Moyen-Âge… Pendant que l’un se prend pour un chevalier, l’autre se rêve en comtesse. Les primaires se prennent au jeu de l'essayage des costumes de l’époque. Plutôt ludique comme expo !

17h15 - Après une journée riche et instructive, le goûter est bien mérité. Les parents arriveront entre 17h30 et 18h30. En attendant, les enfants continuent de s'amuser à quelques jeux de société avec leurs animateurs.

Conseils pratiques

Événement
Une journée pour les tout-petits et leurs parents

Suite au succès remporté l’an dernier, une deuxième édition du Forum de la petite enfance, ouvert à tous, est organisée samedi 18 mars, de 10h à 17h, au gymnase Romain-Rolland. Associations et service municipal de la Petite enfance se mobilisent pour proposer une journée dédiée aux enfants de 0 à 6 ans et à leurs parents. Plusieurs espaces seront proposés : motricité, baby gym avec le COMB, Snoezelen (relaxation), éveil musical, créativité… Des coins lecture seront animés par les associations Lire et faire lire, Racont'âge et la médiathèque Louis-Aragon. Le Centre municipal de santé tiendra un atelier sur les goûts. Des diététiciens répondront à vos questions concernant l’alimentation du tout petit. À 16h, place au concert rock et rigolo du groupe ZUT. Tout au long de la journée, le public sera aussi invité à participer à des "flashmobs" (performances collectives).

HÔTEL DE VILLE
Un système d’accueil modernisé

À partir du mois d’avril, l’Hôtel de ville et la Mairie annexe seront dotés d’un nouveau système d’accueil, avec la délivrance d’un ticket pour accéder à un ou plusieurs services municipaux. L’objectif est de fluidifier l’accueil, de faciliter le parcours des usagers, de mieux gérer leur temps d’attente notamment quand ils viennent effectuer plusieurs démarches concernant des services différents (exemple : renouvellement d’un passeport et inscription d’un enfant à des activités périscolaires). Il s'agit aussi apporter des éléments statistiques sur les jours et les heures de forte fréquentation. À ce système va s’ajouter l’installation de plusieurs écrans tactiles en libre-service pour consulter le site internet de la Ville, du territoire Vallée Sud-Grand Paris, de la Caisse d’allocations familiales ou encore pour remplir une demande de logement. Il sera également possible de prendre des rendez-vous en ligne avec certains services municipaux afin de faciliter les démarches des usagers.

ASSOCIATION
L'Office Balnéolais du Sport, école de vitalité et d'humanisme

Présidé par Josyane Combes, l’Office balnéolais du sport (OBS) veut être un acteur fort au service du sport et du mieux-vivre ensemble à Bagneux. Quelles sont les missions et les valeurs prônées par l’OBS ? L’OBS est une structure de concertation démocratique, régie par la loi de 1901, qui au cours des années s’est fortement impliquée dans le développement des activités physiques et sportives pour toutes et tous, notamment avec son centre-médico sportif, qui chaque année reçoit plus de 1 000 usagers. Quels sont vos objectifs ? Prévenir les risques liés à la sédentarité et accompagner, par exemple, l’enfant tout au long de sa croissance en détectant les anomalies éventuelles. Ce sont aussi des actions contre l’obésité et le surpoids avec des professionnels de santé en direction du jeune public. Les seniors ne sont pas laissés de côté puisque nous allons développer des activités physiques et sportives dans le but de préserver leur santé. Vous avez aussi vocation à encourager l'exercice d'une réelle citoyenneté ? Dans un monde, où la violence et les conflits sont omniprésents, nous désirons être des messagers de paix pour tous les hommes et toutes les cultures. Grâce à nos ambassadeurs, dont Marc-André Cratère (médaillé de bronze paralympique en escrime aux JO de Londres), nous intervenons en direction des jeunes publics (écoles, accueils de loisirs et collèges) sur tout ce qui touche à la solidarité, au respect des autres etc. L’OBS et ses bénévoles ont la volonté de donner de la force à ces valeurs et de prôner partout, la tolérance et l’humanisme. obs-cms-bagneux92.fr

On a testé pour vous

Les cours de magie de l’association Hocus Pocus
Entre tours de cartes et mentalisme

Bien décidée à lever le voile sur les secrets les mieux gardés de la magie, je me suis rendue un samedi à la salle Pierre-Causse, pour prendre mon premier cours de magie avec Farid Mezouari, magicien et fondateur de l’association Hocus Pocus.

Si l’enfant qui sommeille en moi, veut croire que le monde magique d’Harry Potter existe vraiment, l’adulte, quant à lui, cherche à trouver une explication logique et rationnelle à tout ce qui se passe. Avant le début du cours, Liv, toute jeune membre de l'association, accepte de me faire un tour de cartes appelé L’ascenseur : une famille de quatre personnes, (symbolisées par quatre cartes), se rend dans un magasin (représenté par le paquet de cartes), elles se séparent (chacune des cartes est insérée à différents endroits du paquet) et abracadabra… se retrouvent toutes ensemble en haut du paquet. Hein ? Je n’y crois pas, je me suis faite berner par une enfant de 8 ans ! Pourtant j’avais bien observé tous ses gestes pour repérer "le truc". Je me sens encore plus affligée quand elle me l’explique. Bon sang, mais c’est bien sûr ! Le cours commence. Farid donne quelques conseils aux apprentis magiciens pour scénariser leurs tours. Après avoir montré et expliqué un nouveau tour de cartes, que je n’avais pas plus compris que le premier, il me propose une séance de mentalisme. Cette fois il ne m’aura pas ! Je vais rester totalement impassible, pour qu’il ne puisse pas lire les micro-expressions de mon visage. Il me demande de choisir une carte dans un paquet, en le déroulant dans mes mains de façon à ce qu’il ne puisse pas voir la carte sur laquelle je m’arrête, et de la visualiser mentalement. Il se concentre : "C’est une carte rouge… un cœur… ce n’est pas une figure mais un chiffre… c’est le 8 de cœur !" Stupéfaite et sûre de n’avoir rien laissé paraître, je demande à mon voisin Gaëtan, 27 ans, de m’expliquer comment il a fait. Il me dit : "tu sais garder un secret ?" J'affirme que oui, tout excitée que me soit dévoilé le mystère du mentalisme. Il me répond alors : "moi aussi" ! Lisant la déception sur mon visage, il m’avoue qu’il n’en a pas la moindre idée, ni quel est le "truc" de L’imprimerie, le tour présenté par Angélique devant notre caméra. Le secret fait partie intégrante du monde de la magie. J’ai été ravie d’avoir pu en découvrir quelques-uns. Mais ne comptez pas sur moi pour vous les révéler ! Sandra Deruère

Notre initiateur Farid Mezouari, 49 ans, a fait son premier spectacle de magie à l’âge de 9 ans. "J’ai appris la magie sur le tas, tout d’abord en essayant de copier les tours que je voyais à la télé, puis j’ai rencontré d’autres magiciens", se souvient-il. Sa passion il la transmet aujourd’hui au sein de l’association Hocus Pocus, qu’il a créée en 1994. Cours le samedi de 14h à 18h salle Pierre-Causse (rue de Turin). 06 17 49 74 61

Le tour de magie d'Angélique sur bagneux92.fr / Voir la vidéo

Vie de la ville

Infos travaux

Avenue Henri-Barbusse 
Les travaux RATP entrent dans une nouvelle phase. À partir d’avril, le carrefour de l’avenue Henri-Barbusse et de la rue Gabriel-Cosson sera fermé pour une durée d’un an. Pour conserver une desserte correcte du quartier, la rue de Verdun sera mise en double sens devant le groupe scolaire Joliot-Curie (suppression du stationnement en face des écoles). Le carrefour de l’avenue Henri-Barbusse et de la rue de Verdun sera modifié.

Rue des Meuniers
Les travaux de réhabilitation du réseau d’assainissement, financés par le conseil départemental, se poursuivent rue des Meuniers entre la rue Hardenberg et l’avenue Louis-Pasteur jusqu’au début du mois de juin. La circulation sera difficile et le stationnement supprimé ponctuellement en fonction de l’avancement des travaux.

Ligne 15 Sud
Lancement du chantier de la gare du Grand Paris Express

"Je voulais vous féliciter pour les partenariats qui ont été noués pour la réalisation de ce projet, pour être dans les délais et même un peu en avance sur le calendrier. C’est un beau projet, un projet équilibré qui prend en compte les besoins et l’avis des habitants et qui est voué à la réussite." C’est en ces termes élogieux que le préfet des Hauts-de-Seine, Pierre Soubelet, s’est adressé à Marie-Hélène Amiable, maire de Bagneux, et aux responsables de la Société du Grand Paris lors de sa visite sur le chantier de la future gare balnéolaise de la ligne 15, mardi 21 février, en présence de nombreux partenaires.

En savoir +

Le site des Mathurins vous ouvre encore un peu plus ses portes
Après une première découverte du site dans son ensemble le 3 décembre, les Balnéolais sont conviés samedi 25 mars à visiter sa partie Sud, où s’opérera la première phase du projet. La promenade sera ponctuée de points d’intérêts en fonction de ce qui va y être aménagé : friche écologique, ville nature, locaux alternatifs, espaces de vivre-ensemble. Ensuite direction le centre social et culturel de la Fontaine Gueffier pour des ateliers de réflexion sur ces quatre thématiques, en présence de l’architecte du projet, Bernard Reichen. L’occasion pour les habitants de questionner et d'être force de proposition pour concevoir le quartier de demain. Rendez-vous samedi 25 mars à 10h, l’entrée se fera rue de la Sarrazine. Pour des raisons de sécurité les portes fermeront à 10h15, ne soyez pas en retard ! Inscription recommandée : 01 42 31 61 95, coline.rande@mairie-bagneux.fr

Une nouvelle étape pour la Pierre plate

Marie-Hélène Amiable, des représentants du territoire Vallée Sud-Grand Paris, le bailleur Domaxis et deux membres du conseil citoyen ont présenté le 23 février, les premières orientations du projet de renouvellement urbain et social de la Pierre plate, devant le comité d’engagement de l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU). Cette rencontre avait pour but de faire valider par les partenaires, le programme de travail et l'approfondissement du projet urbain. Ont donc été actés : les démolitions des barres Mozart et Rossini et le démarrage des relogements des locataires dès le printemps 2017, ainsi que la réhabilitation de la barre Chopin. Le devenir de la barre Debussy sera travaillé dans le cadre des études urbaines d’approfondissement du projet qui seront lancées en avril. La Ville a demandé que la barre Prokofiev, actuellement exclue du périmètre ANRU, puisse également bénéficier d’une réhabilitation. Un compte-rendu de cette rencontre a été présenté aux habitants du quartier à l’occasion d’une réunion publique le 1er mars.

Citation de Alejandra Pizarnik : Je ne sais pas parler comme tout le monde. Mes mots sont bizarres et viennent de loin, d'un endroit où personne ne se rencontre.

Fabriquons ensemble la culture de demain

Démonstrations, jeux, ateliers, spectacles, échanges, restauration, réflexion… Samedi 25 mars, Bagneux célèbre la Happy Culture ! Associations et équipements culturels, services de la Ville, porteurs de projets vous invitent à partager, découvrir, échanger sur les orientations culturelles de demain. Car, qu’on se le dise, la culture est partout et pour tous, surtout pas réservée à une élite ! Tout au long de l’après-midi, petits et grands pourront s’initier aux nombreuses activités culturelles et artistiques, participer ou assister à des performances mêlant danse, musique, slam, théâtre et échanger avec les porteurs de projets. Un grand temps fort culturel dont vous êtes acteur ! Une œuvre collective qui fait son miel des échanges entretenus pendant deux ans avec les habitants, agents municipaux, acteurs culturels sur l'offre culturelle à Bagneux et qui fera l'objet d'un débat. Ce rendez-vous sera le premier de beaucoup d’autres pour conduire ensemble le vaste chantier de la culture. La parole est à vous, alors venez butiner nombreux ! Happy culture Samedi 25 mars à partir de 15h (petite restauration sur place) au Plus petit cirque du monde – Centre des arts du cirque et des cultures émergentes, impasse de la Renardière. Direction des actions culturelles : 01 41 17 48 12, culture@mairie-bagneux.fr

Le stationnement abusif préoccupe le Champ des oiseaux

Lundi 30 janvier se tenait le conseil de quartier du Champ des oiseaux en présence de nombreux habitants et des élus municipaux Aïcha Moutaoukil et Jean-Marc Besson. Beaucoup de sujets ont été abordés comme celui du stationnement en double (voire en triple !) file. Avenue Pasteur, rue Robinson, passage René-Rousseau… les habitants, excédés, dénoncent les problèmes d’incivilités et de sécurité posés par ces comportements. Sur les trois derniers mois, la police municipale a effectué 320 verbalisations ont indiqué les élus. Jamel Touati, policier municipal a rappelé qu’une voiture arrêtée plus de sept jours au même endroit était considérée comme une voiture ventouse et pouvait donc être verbalisée pour ce fait. Les passages des agents devraient être amplifiés. En cas de problème de stationnement abusif, il est possible de contacter la police municipale au 01 46 56 00 33, du lundi au dimanche de 7h à 20h30.

Centre ville et voiries

Le conseil de quartier centre du 1er février a débuté par une présentation des différentes phases de travaux d’assainissement qui vont être menés rue de la Lisettte jusque fin avril par le territoire Vallée Sud – Grand Paris. Ces travaux entraîneront des fermetures partielles et ponctuelles de certaines rues (détail sur bagneux92.fr). D’autre part, il a été précisé que les ralentisseurs mis en place fin décembre rues Hardenberg et Enguehard, ont été enlevés à la demande des riverains. En remplacement, la signalisation verticale va être renforcée, un radar pédagogique rappelant la limitation de vitesse à 30 km/h va être installé, et les rues vont être interdites à la circulation et au stationnement des véhicules de plus de 3,5 tonnes (sauf desserte locale).

RER B

En raison des travaux du Grand Paris Express à la station Arcueil-Cachan, tous les trains s’arrêtent désormais à la station Bagneux durant les heures de pointe, et ce jusqu’au 12 novembre.

Des apprentis de la Ville à l'Élysée

Le 13 février, trois jeunes actuellement en contrat d’apprentissage à la mairie de Bagneux étaient invités par le président de la République à participer à une réception organisée au palais de l’Élysée. Marine Pancrel, apprentie auxiliaire de puériculture à la crèche Prokofiev et Constant Sevelle, apprenti à la direction de l’Informatique, ont participé à cet événement. "Nous sommes entrés à l'Élysée par la grande porte, racontent les deux intéressés, à peine impressionnés. Ensuite, le protocole de la présidence nous a pressés de nous diriger vers la verrière où le discours du président de la République allait commencer." François Hollande a rappelé que les trois fonctions publiques (d’État, territoriale et hospitalière) avaient pour objectif d’atteindre le chiffre de 10 000 jeunes en apprentissage dans leurs rangs d’ici la fin 2017. "C’est un honneur pour notre ville, estime Marie-Hélène Amiable. La mairie de Bagneux a été jugée exemplaire à bien des égards en termes d’emploi de jeunes en apprentissage ou en contrats aidés. Nous sommes convaincus qu’en leur ouvrant les portes de l’emploi, nous facilitons leur parcours. En parallèle, cela nous permet d’enrichir notre action car les jeunes nous apportent un nouveau regard sur le service public. C’est du donnant-donnant qui profite à tous !"

Un accompagnement pour les 18-25 ans

Depuis septembre dernier, la Mission locale Archimède a mis en place la "Garantie Jeunes". Ce dispositif propose un accompagnement intensif et personnalisé aux 18-25 ans qui ne sont ni dans l'emploi, ni en formation, ni scolarisés. Pendant un mois, ils se retrouvent collectivement, chaque jour, pour acquérir les savoir-être et connaissances nécessaires pour conduire un projet professionnel. Ensuite ils sont accompagnés individuellement, pendant un an, avec des périodes d'immersion dans le monde du travail. Ils bénéficient pendant toute la durée du dispositif d'une indemnité mensuelle. En quelques mois, 47 jeunes ont été accueillis dans ce cadre, dont 21 ont déjà trouvé un emploi ou une formation. Prochaines réunions d'information les 6 avril, 11 mai et 15 juin à 14h, à la Mission locale, 1-3 allée du Parc de Garlande. Infos : missionlocale-archimede.fr, gjarchimede@gmail.com, 01 46 56 39 83

Citation de Marianne Moore : La poésie est l’art de créer des jardins imaginaires avec des crapauds réels.

Le secteur du sport recrute 

Vallée Sud - Grand Paris et le comité départemental de volley lancent deux sessions de recrutement de 15 postes permettant d’obtenir un brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport, mention "activités sports collectifs". Il s'agit de recrutements en CDD d’insertion d’un an, à raison de 30 heures par semaine, démarrant en septembre 2017. Les missions consistent à animer des activités sportives collectives : métier d’éducateur en club, dans une école de sport ou une collectivité locale. Quelques prérequis pour les candidats : exercer une activité sportive et avoir un projet professionnel dans le domaine de l’animation sportive. Les sessions se dérouleront : Mardi 28 mars à 14h, à la Mission locale, 1-3 allée du Parc de Garlande à Bagneux Jeudi 11 mai à 14h, à la Maison des Entreprises et de l’Emploi, 42 avenue Aristide-Briand à Antony Inscription obligatoire avec transmission d’un CV : recrutement@valleesud.fr, 01 55 95 95 32

Le maire répond à vos questions en direct

Éducation, grands projets, jeunesse, solidarité, tranquillité… Jeudi 30 mars à 20h30, Marie-Hélène Amiable répondra en direct sur Facebook à vos questions. Vous pouvez les poser dès à présent via les réseaux sociaux. Ce mode de dialogue innovant, très peu répandu dans les collectivité territoriales, est particulièrement apprécié des Balnéolais, qui étaient plusieurs centaines à visionner en direct et en différé le dernier rendez-vous. Nous vous attendons donc de nouveau très nombreux pour cette sixième rencontre numérique ! facebook.com/bagneux - twitter.com/VilledeBagneux

Du neuf pour les commerces de la Fontaine Gueffier

Après de longues tractations, les espaces commerciaux en pied d'immeuble au bout de la rue des Tertres devraient prochainement être opérationnels. L'enseigne Franprix a ouvert son supermarché au numéro 4 de la place de la Fontaine Gueffier fin février début mars, après réalisation des travaux d'aménagement nécessaires. Quant à la pharmacie, elle devrait quitter son local provisoire pour s'installer durablement au 6 place de la Fontaine Gueffier à partir de début juillet.

Santé mentale : une semaine pour s’informer

La santé mentale est tout aussi importante que la santé physique : "c’est l’arc-en-ciel des émotions, allant du bien-être jusqu’aux pathologies lourdes" explique Julia Roger-Rieunier, coordinatrice du conseil local en santé mentale de Bagneux. Cette instance a été créée suite au diagnostic santé réalisé en 2014 et à la convention 2015-2016 signée entre le groupe hospitalier Paul-Guiraud, l’établissement public de santé ERASME, l’Agence régionale de santé et la Ville. Julia Roger Rieunier précise : "il s’agit d’une plate-forme de concertation et de coordination entre les élus locaux, le secteur psychiatrique, les professionnels de santé, les acteurs sociaux et médico-sociaux, les usagers, les aidants et tous les acteurs locaux concernés (logement, éducation, justice, police…)". Elle a pour objectif d’améliorer l’accès aux droits fondamentaux et aux soins, d’agir sur les conséquences sociales des troubles psychiques, de lutter contre la stigmatisation en informant et en formant. Chaque année au mois de mars, un moment privilégié sur la promotion de la santé mentale est organisé au niveau national. Du 13 au 17 mars, ateliers, consultations gratuites, débats ou encore portes ouvertes seront proposés dans différentes structures de la ville, sur le thème : santé mentale et travail.

Le programme détaillé

À vos révisions !

Brevet, CAP, Bac, Bac pro… Les examens approchent à grands pas ! Comme chaque année, le Bureau information jeunesse (BIJ) propose des ateliers de révisions pendant les vacances de printemps, du lundi 3 au vendredi 7 avril et du lundi 10 au vendredi 14 avril, de 10h à 12h. Trois intervenants de niveau Bac +3 minimum avec des profils scientifiques et littéraires seront présents pour aider les jeunes dans leurs révisions. Le BIJ met également à disposition des jeunes de nombreuses annales. Ces séances sont gratuites, mais il est nécessaire de s’inscrire à partir du 6 mars auprès du BIJ, le nombre de places étant limité. Pour remplir le dossier d’inscription, il faudra présenter un justificatif de domicile et son carnet de vaccins.
Bureau information jeunesse, 30 rue Jean-Longuet 01 45 36 44 70

Gare aux cambriolages !

Les cambriolages sont en recrudescence en Île-de-France, avec des techniques et des scénarios de plus en plus élaborés. Déguisés ou non, de faux agents EDF-GDF, agents des eaux, employés de mairie, livreurs, couvreurs, éboueurs, pompiers, poseurs d'alarme ou de détecteurs de fumée se présentent à votre domicile et en profitent pour dérober vos objets de valeur. Parfois même, avec la complicité d'une équipe de faux policiers censés mettre fin à leurs agissements ! Pour vous protéger, équipez votre porte d'un judas ou d'un entrabailleur, n'ouvrez pas à des inconnus, exigez une carte professionnelle, vérifiez cette visite auprès de votre gardien ou vos voisins. Et si vous laissez une personne entrer chez vous, suivez-la dans tous ses déplacements, ne la laissez pas sans surveillance, ne communiquez jamais votre numéro de carte bancaire, ne révélez pas l'emplacement de votre argent et de vos objets de valeur. Dans tous les cas, victime ou témoin, ayez le bon réflexe en appelant immédiatement le 17. Pour parer ces risques et tous ceux du quotidien, la Ville, vient de mettre à jour son guide de la prévention et de la sécurité que vous pouvez vous procurer à l'Hôtel de ville et à la mairie annexe ou télécharger sur bagneux92.fr.

Le petit manuel des bons réflexes

Du côté des tap

Jusqu’au mois de juin, Bagneux Infos vous propose de découvrir chaque mois, en vidéo, une activité proposée aux enfants dans le cadre des temps d’activités périscolaires (TAP) que finance la Ville. Ce mois-ci : l’atelier scientifique et numérique, animé par l’association Les petits débrouillards à l'école Albert-Petit. Comment connecter une ampoule à une pile pour l'allumer ? Alors que les plus petits ont participé à des séances sur l’électricité, les plus grands s’intéressaient au langage informatique. L’association invite les enfants à être dans une démarche expérimentale et à se poser des questions.

Voir la vidéo

Un forum sur l'environnement

L'association de la mosquée de Bagneux propose un forum, ouvert à tous les habitants, sur le thème de l'environnement. Entre deux conférences sur le réchauffement climatique, le tri sélectif ou la préservation de la planète, des expositions et animations interactives illustreront les thématiques de l’eau, de la faune et de la flore, de la santé, du bio, du recyclage ou encore de l’énergie. Le forum proposera également un espace enfants, un espace restauration et un bar à smoothies bio. Samedi 18 mars, de 12h à 20h, à l'espace Léo-Ferré infos : ica.mosqueebagneux@gmail.com

Citation Andrée Chédid : Nous ne donnons rien au poème qu'il ne nous rende au centuple. Nous croyons le faire; c'est lui qui, secrètement, nous fait.

Défense des droits des femmes
Cela fait 40 ans que l’Organisation des Nations Unies (ONU) a adopté officiellement la date du 8 mars comme Journée internationale des droits des femmes. Cela fait également 40 ans que le Centre d’information sur les droits des femmes et des familles (CIDFF) des Hauts-de-Seine, situé à Clamart, exerce sa mission, à savoir accueillir, informer, orienter, accompagner les femmes et les familles avec une réponse avant tout juridique, dans le domaine parental, familial, professionnel et social. Très engagé et actif dans la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes et la lutte contre les violences faites aux femmes, le CIDFF participe aux actions de prévention et d’accès aux droits, mises en place par la commune dans le cadre de permanences individuelles, de réunions d'information collective à destination du public ou d'interventions auprès des professionnels. Ces permanences ont lieu le jeudi après-midi en alternance dans les deux centres sociaux et culturels et le mardi et le mercredi à la Maison de la justice et du droit des Blagis.
Informations : 01 46 44 71 77, hautsdeseine-clamart.cidff.info

Et si on se formait aux premiers secours ?
Pour la deuxième année, la Croix-rouge de Bagneux vous propose une session grand format de formation aux gestes qui sauvent (prévention et secours civiques de niveau 1). Seul, en famille ou entre amis, vous serez accueillis pour la journée à l'espace Léo-Ferré par vingt formateurs de premiers secours. Près de 200 participants sont attendus de 10 à 99 ans. Pourquoi pas vous ?
Samedi 25 mars, 8h-20h, à l'espace Léo-Ferré
Tarif : 30 €, repas compris (au lieu de 60 € habituellement)
Infos : ul.bagneux@croix-rouge.fr, 06 28 65 38 17

Un débat sur les médias
Laurent Mauduit, ancien journaliste du Monde et de Libération, co-fondateur de Mediapart et auteur de Main basse sur l'information (ed. Don Quichotte, 2016), sera à Bagneux le 21 mars, pour un passionnant débat sur les médias, proposé par le groupe balnéolais d'ATTAC 92. Moins de dix oligarques milliardaires possèdent ou contrôlent aujourd'hui la majorité des moyens d'information, or il ne peut y avoir de démocratie sans une information libre et pluraliste.
Mardi 21 mars à 19h, salle du 13 avenue Gabriel-Péri
Entrée libre et gratuite
Contact : 06 75 44 26 13

Mouvement de la Paix
Le comité local du mouvement de la Paix de Bagneux tiendra son Assemblée générale le mercredi 15 mars à 19h, salle Gabriel-Péri.

Projet urbain

Lancement du chantier sur le terrain Sarrail

"Blanc Nature". C’est ainsi que se nomme la future résidence de logements en cours de construction dans le quartier Sud, située le long de la rue de la Fontaine, entre la rue du Général Sarrail et l’avenue de Bourg-la-Reine. Ce projet, qui a été a été présenté aux habitants à différentes étapes de sa conception comptera 148 logements (32 en locatif social, 16 en locatif intermédiaire et 99 en accession libre), répartis sur trois bâtiments de 4 à 6 étages, et un local de 90 m² ayant vocation à accueillir une profession libérale. La résidence comportera plus de 2 500 m² d’espaces verts, dont 1 675 m² de surfaces plantées en pleine terre et un espace de jardins partagés d’environ 200 m², dont la gestion sera confiée à une association auprès de laquelle les Balnéolais pourront s’inscrire pour disposer d’une parcelle. La livraison de la résidence est prévue pour fin 2018.

Citation de Rolande Causse : Pour le poète que je suis, le mot peut être caresse, joie, partage, douleurs, lumière, couleurs…

Côté métros
Métro ligne 4 : Poursuite des travaux côté Henri-Barbusse

Les travaux de génie civil concernant la réalisation du tunnel au niveau du carrefour entre la rue de Verdun et l’avenue Henri-Barbusse, se sont achevés au tout début du mois de février 2017. La circulation automobile est à présent rouverte à cet endroit. Il reste cependant des zones en chantier. Il s’agit de travaux dits "concessionnaires" (adduction d’eau potable, réseau de télécommunications, réseau électrique, etc.), qui vont se succéder pendant environ deux à trois mois. Leur objectif de détourner l'ensemble de ces réseaux de la future zone de travaux (c'est-à-dire le tronçon de l’avenue Henri-Barbusse situé entre la boulangerie et le tabac) pour les basculer vers la zone aujourd'hui terminée. Une fois cette phase achevée, les travaux pourront alors commencer en bas de l’avenue Henri-Barbusse. prolongement-m4.fr Chargée d’information de proximité : Sylvie Moquet, 06 28 71 02 08

Ligne 15 Sud
Le génie civil confié à Vinci Construction

La Société du Grand Paris vient d’attribuer le cinquième des huit marchés de la Ligne 15 Sud (pour un montant de 926 millions d’euros hors taxes), à un groupement d’entreprises piloté par Vinci Construction Grands Projets. Il s'agit des travaux de génie civil du tronçon allant de la gare Fort d’Issy Vanves Clamart (exclue) jusqu'à la gare Villejuif Louis-Aragon (incluse), qui seront effectués par le groupement constitué de Vinci Construction Grands Projets, en qualité de mandataire solidaire, et de Spie Batignolles TPCI, Dodin Campenon Bernard, Vinci Construction France, Spie Fondations et Botte Fondations. Ce marché intègre notamment les travaux de génie civil de la gare de Bagneux ainsi que la réalisation d'un tunnel foré d’environ 8 km (pour 8,7 m de diamètre intérieur) creusé par deux tunneliers. L’un creusera entre Arcueil-Cachan et Villejuif Louis-Aragon. L’autre, entre le parc Robespierre (Bagneux) et Fort d’Issy Vanves Clamart, puis entre le parc Robespierre et Arcueil-Cachan. Le marché comprend également le traitement préalable de carrières et les opérations de dépollution de terrains.

Sortir à Bagneux Haut de page


MÉDIATHÈQUE LOUIS-ARABON
Un printemps très poétique et africain

Consacrée cette année à l’Afrique, la 19ème édition nationale et internationale du Printemps des poètes, qui se déroule jusqu'au 19 mars, a pour vocation d’explorer les richesses mélodiques et culturelles d’un continent méconnu de la poésie francophone. Connaissez-vous Léopold Sedar Senghor ? Tcicaya U Tam’si ? Si l’Afrique m’était contée... Elle le sera, assurément, sous toutes ses formes et sa diversité. Car en l’espace de deux semaines (du 4 au 19 mars), ce sera une véritable ferveur poétique, un vent de fraîcheur et de joie qui soufflera sur Bagneux. Une ville où il fait bon rimer, et qui a d’ailleurs reçu le mois dernier le label "Ville en poésie", qui récompense selon le jury la "belle dynamique de la ville pour la diffusion et la valorisation de la poésie", dans le cadre de sa participation au Printemps des poètes. Une nouvelle édition qui fera la part belle aux paroles libérées, à la musicalité impromptue, à la puissance des symboles et à la persistance du mythe : les scènes seront ainsi grandes ouvertes, et les associations (Compagnie SourouS, compagnie Galante, À mots croisés) feront partie du voyage, tout comme les partenaires culturels (Plus petit cirque du monde, Maison des arts, Maison de la musique et de la danse (MMD), centres sociaux et culturels), le tout orchestré par la direction des actions culturelles et la médiathèque Louis-Aragon. "Autant de moments d’échanges et de rencontres pour mettre les mots, les sons et les corps en fête", s’enthousiasme Gaëlle Guechgache, directrice de la médiathèque. Tous les chemins mènent à l’Afrique Samedi 4 mars, les volontaires avaient rendez-vous à la médiathèque Louis-Aragon puis à la Maison de la musique et de la danse et la Maison des arts, en passant par le parc Richelieu, pour un rallye poétique et ludique. L’occasion de jouer avec les sons, les rimes et les arts plastiques. Tout au long du festival, vous pourrez goûter, en tant que spectateur, aux arabesques lyriques qu’amateurs et professionnels déploieront, lors de scènes ouvertes à la poésie, animées par le slammeur Nen. Des moments de partage et d’écoute seront au menu des concerts et récitals avec l’idée originale, cette année, d’installer un double plateau, sur un même lieu (la MMD), lors d’une même soirée : ainsi, le spectacle de Amadou Gaye, qui interprète le répertoire des poètes de la négritude sera suivi d’une performance de la slammeuse Nanda la Gabona (photo). Changement de style avec une exposition à la Maison des arts (jusqu’au 12 mai), réunissant sept artistes contemporains issus de l’aire Caraïbes qui interrogent le rapport à une histoire et un passé parfois douloureux. Sans oublier un concert à la médiathèque Louis-Aragon de Malouf de Constantine, par l’association Culture Musique, pour se délecter de la musique classique algérienne. En parallèle du Printemps des poètes, retrouvez dans l’espace public les créations visuelles des élèves des cours de la Maison des arts. Enfin des brigades d’intervention poétique passeront dans les classes des écoles du réseau Romain-Rolland : une action menée en partenariat avec l’Éducation nationale et avec la complicité des artistes de la compagnie Fa7. L’occasion aussi, pour les enseignants, d’initier leurs élèves à l’art poétique et de pouvoir ainsi réaliser et mettre en forme un projet de classe, où l’approche sensible prime. Vive la poésie ! René Zyserman Renseignements et programme complet

ÉGLISE SAINT-HERMELAND
Sous le charme des CHAM

La musique n'a de sens que lorsqu'elle est partagée. Ce sera le cas, encore, le vendredi 10 mars à 20h30, à l’église Saint-Hermeland. Ce jour-là, la classe à horaires aménagés (CHAM) à dominante vocale des classes de 4ème et 3ème du collège Henri-Barbusse, assurera la première partie du spectacle, en revisitant avec son c(h)œur d’enfants la Messe des pêcheurs de Villerville, écrite en août 1881 par Gabriel Fauré et André Messager. En deuxième partie, le témoin sera transmis à des chanteurs confirmés, de 18 à 25 ans, rattachés au chœur de l’Orchestre de Paris et issus des maîtrises, chœurs de jeunes et filières voix des conservatoires. Une soirée exceptionnelle, doublée d’une expérience artistique et humaine que les CHAM n’oublieront pas de sitôt. Au cours d’une visite en mars à la Philharmonie de Paris, équipement ultra-moderne à la pointe de l'excellence tant sur le plan architectural qu'acoustique, ils auront en effet l’occasion de rencontrer et de discuter avec les jeunes du chœur de l’Orchestre de Paris, dirigé par Lionel Sow. "Une opportunité", dont se réjouit à l’avance Camille Bourrouillou, professeure de chant à la Maison de la musique et de la danse et responsable des CHAM vocales.
Concert vocal Vendredi 10 mars à 20h30 - Église Saint-Hermeland

Histoire et patrimoine Haut de page

Qui était Claude Marty ?

La salle municipale Claude-Marty occupe le rez-de-chaussée d’un immeuble de logements, 15 rue de la Lisette. Mais qui est Claude Marty et pourquoi donne-t-il son nom à cette salle de quartier ? En 1972, le ministère de la Jeunesse et des Sports attribue à la ville un mini-club de jeunes. Il s’agit d’un bâtiment préfabriqué de 15 mètres sur 11, dont l’implantation est à la charge de la commune. Un terrain à l’angle du sentier des Brugnauts est choisi. Le club Claude-Marty est donc inauguré le 27 janvier 1973. Il accueille les jeunes du quartier tous les jours de 17h à 19h. Dans les années 1990 le préfabriqué est démoli pour construire l'immeuble actuel. Cette dénomination a été l’occasion d’honorer l’engagement politique de ce Balnéolais embauché comme maçon à la Ville, qui venait juste de mourir d’un accident du travail. En effet, en 1957 Speidel, ancien général de l’armée d’Hitler, est nommé à l’état-major de l’OTAN. Claude Marty, alors âgé de 20 ans, dont le père, résistant, avait été exécuté en juin 1944 par les nazis, signe une lettre de protestation, avec 140 autres fils de résistants et déportés. "Nous ne ferons pas notre service militaire sous les ordres de Speidel, assassin de nos pères", écrivent-ils. Il est le premier à être appelé puis emprisonné et devient la figure emblématique du mouvement de protestation. Grâce à de nombreux appuis en France et à l'étranger, le gouvernement reconnaît la justesse du combat de ces jeunes et leur accorde une "clause de conscience collective", ouvrant la voie au statut d'objecteur de conscience créé en 1963.

Valérie MAILLET – valerie.maillet@mairie-bagneux.fr - 01 42 31 62 18

Coup de cœur Haut de page

Mélanie Soulat 24 ans
Vive le tennis connecté !

Je fais partie de la section tennis du Club olympique multisport de Bagneux (COMB) depuis 13 ans. Une technologie novatrice est arrivée dans le club il y a quelques semaines. Il s’agit du système Mojjo, lancé par une start-up parisienne, facile d’utilisation pour les petits et grands. Une caméra installée quelques mètres au-dessus du terrain est reliée à un écran tactile où l’on peut choisir deux modes : entraînement ou match. Elle filme notre jeu, puis il est possible d’aller voir la vidéo et nos statistiques sur internet via notre compte Mojjo. On ne se voit jamais jouer habituellement mais là, la vidéo permet de corriger nos erreurs et de voir nos plus beaux échanges. On a accès à une feuille de statistiques détaillée, c’est un vrai plus, pour analyser notre jeu et progresser. On peut même aller en discuter avec nos professeurs ensuite. On a de la chance que ce service soit gratuit à Bagneux. Avis aux adhérents, d'aujourd'hui et de demain…

La page des enfants Haut de page

L’égalité entre les filles et les garçons, qu’est-ce que ça veut dire ?

Selon la Déclaration universelle des droits de l’Homme, qui s'applique en France depuis 1789, tous les êtres humains naissent et demeurent libres et égaux, avec les mêmes droits quel que soit leur sexe, la couleur de leur peau ou leur religion. Pourtant les clichés, du type "les filles sont nulles en maths" ou "les garçons n’aiment pas lire", ont la vie dure. Dans cette page, nous te donnons quelques exemple d’égalité fille-garçon.

Fille ou garçon, on est libre de…choisir ses études et son métier … pratiquer son sport favori… s'adonner à son loisir préféré… gagner le même salaire pour le même travail

Citation de Jean-Pierre Depétris : La poésie, ça sert à voir avec les oreilles.

Évènements du mois Haut de page


CONCERTS
MUSIQUE VOCALE

Académie des chœurs de l’Orchestre de Paris, classes CHAM vocales 4ème et 3ème, chœurs de la Maison de la musique et de la danse. Entrée gratuite.
Vendredi 10 mars à 20h30
Église Saint-Hermeland

JAZZOO
Ciné-concert

Dimanche 17 mars à 17h
Théâtre Victor-Hugo

KABrass
(ensemble de cuivres)

Gratuit sur réservation : 01 71 10 71 92
Vendredi 24 mars à 12h30
Maison de la musique et de la danse

LIBERETTO II
Jazz – Lars Danielsson

Samedi 25 mars à 20h30
Théâtre Victor-Hugo

THÉÂTRE
AMPHITRYON
De Molière. Mise en scène
Guy-Pierre Couleau.
Mercredi 22 mars à 20h30
Théâtre Victor-Hugo

SPECTACLES
RIEN À DIRE
Goûter spectacle de clown de Léandre.
Goûter à partir de 16h,
spectacle à 17h
Dimanche 12 mars
Théâtre Victor-Hugo

NÉ SOUS UNE BONNE ÉTOILE [Festival Marto !]
Théâtre d’objets.
D’Emmanuelle Lévy.
Vendredi 17 mars à 19h
Samedi 18 mars à 19h et 21h
Théâtre Victor-Hugo

AQUAZEN
Pour sa dernière aquanight de la saison, la piscine municipale propose une multitude d’activités : plongée, natation, aqua-relaxation, sophrologie, aquagym douce, yoga, massage... Tarifs : 5 euros (adultes), 3 euros (moins de 16 ans). 01 80 73 01 11
Vendredi 17 mars
de 18h30 à 21h30
Piscine municipale

EXPOSITIONS
ATELIERS BAGN’ARTS
Portes ouvertes de l’association Bagn’Arts, qui fête cette année ses 15 ans.
Samedi 25 et dimanche 26 mars de 12h à 19h.
Vernissage samedi 25 mars à 15h
10 avenue Victor-Hugo

JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES

LES BANQUETTES ARRIÈRES
Humour/chanson
Mercredi 8 mars à 20h30
Théâtre Victor-Hugo

TEMPS CONVIVIAL
Échanges autour de la place des femmes et des hommes entre habitants et usagers. Co-animés par l’association CONSUD.
Jeudi 9 mars à 20h30
CSC Jacques-Prévert

DÎNER CONFÉRENCE
La place des "meufs" dans les réseaux sociaux. Conférence animée par une psychologue clinicienne. Réservé aux 13-17 ans, sur inscription.
Vendredi 10 mars à 19h
CSC Jacques-Prévert

JOURNÉE BIEN-ÊTRE
Réservée aux femmes,
à partir de 18 ans.
Infos et réservations : 01 46 56 12 12
Samedi 11 mars
De 10h à 12h et de 14h à 16h30.
CSC Jacques-Prévert

DÉJEUNER SPECTACLE
Animé par la compagnie Galante. Auberge espagnole.
Réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Samedi 11 mars à partir de 12h
CSC de la Fontaine Gueffier

SPECTACLE AU DÉBUT
De la compagnie Fière Allure.
Gratuit, inscription obligatoire : 01 46 56 12 12
Samedi 11 mars à 19h
CSC de la Fontaine Gueffier

EXPOSITIONS
ÉCHANGE DE REGARDS FÉMININS
De Laurence Baud
(photographies)
Du 8 au 31 mars
CSC Jacques-Prévert

FEMMES DE COULEUR
Exposition des ateliers dessin et peinture du CSC.
Du 8 au 30 mars. Vernissage mercredi 8 mars à 18h30
CSC de la Fontaine Gueffier

L’ÉVOLUTION DE LA PLACE DE LA FEMME
Par les jeunes "FRISE". L’exposition retrace les quatre grandes périodes historiques : droit de vote, loi Veil, loi violences familiales et harcèlement sexuel au travail et principe constitutionnel de la parité politique.
Du 8 au 11 mars
CSC de la Fontaine Gueffier

RENDEZ -VOUS

ATELIER SCRAPBOOKING
Fabrication d’un petit carnet personnalisé (à partir de 12 ans).
Deux ateliers : 9h30-10h30
et 10h45-11h45
Gratuit, réservation indispensable : 01 47 40 26 00
Samedi 11 mars
CSC de la Fontaine Gueffier

CAFÉ TRICOT
Matériel non fourni.
Samedis 11 et 18 mars
de 14h30 à 16h30
CSC de la Fontaine Gueffier

CONFÉRENCE BRUNCH
Le rire de la commedia dell’arte
Intervenant : Bernard Faivre
Samedi 18 mars à 11h
Théâtre Victor-Hugo

MÉDITATION
Gratuit sur réservation : 01 47 40 26 00
Samedi 18 mars de 14h30 à 16h
CSC de la Fontaine Gueffier

KARAOKE GOÛTER
Seul, en famille ou entre amis
Samedi 18 mars à partir de 15h
CSC de la Fontaine Gueffier

COMMÉMORATION
Cessez-le-feu de la guerre d’Algérie
Samedi 19 mars à 10h30 au cimetière communal et à 11h30
à la stèle du 19 mars,
avenue Louis-Pasteur

PROJECTION
Ondes sciences et manigances
De Jean Heches. Entrée libre, participation au chapeau. 
Réservation conseillée : 06 80 08 41 86
Vendredi 24 mars à 19h30
CRAC, 7 impasse Édouard-Branly

CONCERT
Salim Ali Amir, chorale des enfants des associations U2CB Kamakini, danses…
Tarif : 20 euros. Réservations : 06 51 55 44 16
Samedi 1er avril à partir de 14h
Espace Léo-Ferré

19e printemps des poètes


SCÈNES OUVERTES
Samedi 11 mars à 14h30
Maison de la musique et de la danse

DOUBLE-PLATEAU : SPECTACLE ET CONCERT
"Paroles de nègres", Amadou Gaye, poète.
Nanda la Gabona, slameuse.
Samedi 11 mars à 18h30
Maison de la musique et de la danse

SCÈNES OUVERTES
Formulaire d’inscription disponible sur bagneux92.fr
Vendredi 17 mars de 19h à 21h
PPCM-Centre des arts du cirque et des cultures émergentes

CONCERT
Malouf de Constantine
Par l’association Culture Musique
Samedi 18 mars à 15h
Médiathèque Louis Aragon

Cinéma

DALIDA
De Lisa Azuelos
Lundi 13 mars
à 15h/18h/20h

LEGO BATMAN, LE FILM
De Chris McKay
Mercredi 15 mars
à 14h30/16h
Dimanche 19 mars
à 15h

LA LA LAND
De Damien Chazelle
Dimanche 19 mars à 17h
Lundi 20 mars
à 18h/20h15

MAL DE PIERRES
De Nicole Garcia
Lundi 27 mars
à 14h30/18h/20h

IQBAL, L’ENFANT QUI N’AVAIT PAS PEUR
De Michel Fuzellier, Babak Payami
Mercredi 29 mars
à 14h30/16h

Vie pratique Haut de page

Pharmacies de garde

Dimanche 12 mars
Pharmacie de la Fontaine Gueffier 
4 place de la Fontaine Gueffier
01 74 34 95 97

Dimanche 19 mars
Pharmacie du Port Galand
11 square Victor-Schoelcher
01 46 63 08 02

Dimanche 26 mars
Pharmacie Galien Santé
11 rue de Turin
01 42 53 07 99

Dimanche 2 avril
Pharmacie du Pont Royal
212 avenue Aristide-Briand
01 46 65 12 57

Numéros utiles

Vos élus à votre service sur rendez-vous à l'Hôtel de ville
57, avenue Henri-Ravera 01 42 31 60 00

Horaires d'ouverture de la mairie :
Hôtel de Ville
Le matin : du lundi au vendredi de 8h30 (10h le mardi) à 12h.
L'après-midi : du lundi au vendredi de 13h30 à 17h (19h30 le mardi).
Permanences sur rendez-vous le samedi de 9h à 12h pour les passeports et cartes d'identité.

Mairie annexe
8, résidence du Port-Galand 01 45 47 62 00
Du lundi au vendredi, de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h (19h le jeudi).

Restauration scolaire

Les menus du mois : Consulter les menus du mois en cours

État civil

Ils sont nés

Noé CANYUTE RAJEEBAN
Stella DELPECH
Jayden DUPONT
Alexandre IMBERTIE
Salomé KAJDAN
Léwis LODJRO
David-Florin MATUS
Gianni MIRKOVIC
Amani-Zoe MOALI LIKAMBA
Lucas PENELOUX
Solène WEI

Ils se sont mariés

Mahmoud KHERROUB & Mame SOW
Patrick LELOUP & Naïma CHELLALI
Mourad NOREDDINE & D'orsaf MALKI

Ils nous ont quittés

Amar AGOUMIMELCHA
Dominique AMABLE
Auréla BAUDIER,
épouse DUMONT
Eliane BEAUPERTUIS,
veuve AÏBOUT
Marguerite BISE,
veuve ZERGUINE
Paulette BODIN,
veuve DUMAINE
Lahoucine BOUCETTA
Sylvaine BOUCHET,
épouse MENDIONDO
Paul BUSSINGER
Marcel CAILLET
Anne-Marie CHAMEAU
Nicole CHARFE,
veuve ROSSET-BRESSAND
Renée COCHEMÉ,
veuve VOIRIN
Aimé DAYAN
Marc DOBISE
Christiane DOPPLER,
veuve HADOT
Eugène DUBOIS
Renée FEITUSSI,
veuve PERRIN
Jean-Louis KISZON
Denise LANGLET,
épouse DUBOIS
Gbagbe LEGRE
Louise LENOBLE,
veuve ELISÉE-DÉSIR
Raymonde MARCHAL,
épouse ASSOUS
Michel MOREL
El MOUFFOK, épouse AGAOUA
Suzanne NOUVEL,
épouse KINIC
Diamante PÉRILLI
Adrienne RIGAL,
veuve MANSVELT